Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 20:14

Mazan, Carcharo-gastronome, 2016.

Il a repris du poil de la bête, sa plume, il écrit comme jamais, comme un qui a goûté de ce Paléopâté des dinosaures et ce n'est pas une invention d'archéologues, ni une de leurs plaisanteries (le crâne d'Attila enfant qu'ils brandissent triomphalement pour épater l'apprenti fouilleur, pour le bizuter). Non, ce qu'on lui a donné à manger sous ce nom, ce sont peut-être des rillettes de canard, mais c'est d'abord une création de la maison LAPIERRE-ODY (LAPIERRE ODY'NOSAURES, comme elle se présente), un charcutier traiteur installé à Dignac (8, rue du Bourg) et inspiré par les milliers d'os de dinosaures que révèlent les carrières d'Angeac-Charente et de Cherves de Cognac.

Ce pâté est une des curiosités des Halles et du Marché Victor-Hugo d’Angoulême, et il se vend en pot. Orné d’un dessin de Mazan où un dinosaure vous apporte sur un plat, tel un serveur empressé, un dinosaure fumant qui a la taille d'un canard ou d'une oie. Un clin d'oeil aux amateurs de Gotlib et d'effet Vache Qui Rit.

À ceux qui manqueraient d'humour, qui menaceraient d'alerter la répression des fraudes, le petit livret qui accompagne chaque bocal répond qu'il n'y a pas tromperie sur la marchandise, car les canards sont des oiseaux, et les oiseaux sont des dinosaures, « le seul groupe de dinosaures qui ait survécu à la fin des temps mésozoïques. »

Et ceci:

«Cette tradition culinaire remonterait au Jurassique, selon quelques scientifiques qui prétendent que les activités de fabrication des paléopâtés se sont développées au Crétacé inférieur en Charente, mais on n’en est pas tout à fait certain.»

Ce qui est sûr, en revanche, c'est que le pot y est passé, tout le pot, passé par Angoulême, c'est-à-dire englouti.

Mazan, Sauropode et charcuterie, 2016. Texte à paraître dans le numéro 113 de L'Actualité.

Mazan, Sauropode et charcuterie, 2016. Texte à paraître dans le numéro 113 de L'Actualité.

Partager cet article

Repost 0
Denis Montebello
commenter cet article

commentaires

pascale 18/06/2016 10:09

ah! que je n'aime pas de prendre le clavier pour formuler une remarque ordinatrice (liée à l'ordinateur?) en tout cas aux divers machins qui font ou non avancer la machine.... : un nouvel article annoncé (l'écho fourré) arrivant par la grâce d'un facteur invisible dans une boite à lettres qui ne l'est pas moins, je m'y rends. Las! quelle que soit la manœuvre, c'est page blanche, mais je suis quand même arrivée ici.... cet écho fourré est-il un coup fourré? belle fin de semaine, Denis. tiens, j'ai vu au marché un de ces fromages dont vous parlâtes un jour, enclos dans un étui de jonc (jonchère donc?).... en plastique. C'est du toc!

Denis Montebello 18/06/2016 10:55

Oui, Pascale, les joncs cueillis verts dans les marais de Rochefort appartiennent de plus en plus au passé, et le vert paradis des amours enfantines ne sera bientôt plus qu'un (beau) souvenir. Les échos fourrés ne sont plus là, c'est moi qui les ai retirés (pas satisfait du texte). Pour les traces présentes du passé, il faudra donc se contenter de ce paléopâté des dinosaures, et de Parade sauvage. Mais l'archéologue continue sa cueillette.