Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 05:21

       Ce sont les quelques traces qu'a laissées la Peiralha, ce penchant de colline, sur la ferme de Francille, à Lacaussade où il est né. Et où l'on ne ramassait, me dit-il, que des pierres et des chardons. Les cruels  gafa-l'ase. Qui mordent même les ânes.

         Joan-Pèire Tardiu y revient aujourd'hui avec ce livre qui a pour titre A LA PEIRALHA Parmi les pierres (Collection « Le Tire-langue », Revue À L'INDEX). Il y revient toujours :

 

         Tornavi             totjorn            a la peiralha

                    als gafa-l'ase

                                     de genolhons

                    dins la manca

                                      lo revolum    desnusat

                           de l'espandi

                                               un pas

                                   cap                      a la

         boiga

 

 

         Je revenais       toujours           aux pierres

                       et aux chardons

                                               à genoux

                        dans le manque

                                               le tourbillon     nu

                        de l'espace

                                                            un pas

                                         jusqu'                    aux

         friches

 

 

         Je l'accompagne depuis trois livres -depuis bien avant- pels camins : par les chemins. Ses chemins titubants et « parmi les pierres ». Les pierres broyées. Qui sont tout ce qui reste de « la chaussée » -de la voie romaine?-, elle traversait son village natal. Elle lui donna son nom. Elle l'a laissé. Comme trace. Comme ciel. Un ciel de gravier. C'est là que nous avons la chance de le rencontrer,  quand los mots endevenon la nusor de las pèiras, « quand les mots deviennent aussi nus que les pierres ». Quelqu'un va et c'est le cœur qui chemine. Le cœur aveugle :

 

         Qu'es aquela nusor                   pus nusa que lo sang

                            dins lo jorn rascle

                   de l'ivern

                                                               la meteissa peiralha

                   pels uèlhs

                                                         que la veson pas mai

         la pèl               sens la pèl

                     coma                         la resplandor gandida

                 de ço que tòrna pus

 

 

 

         quelle est cette nudité                             plus nue que le sang

                                         dans le jour glabre

                   de l'hiver

                                                                            le même désert

                     au fond des yeux

                                                                    qui ne le voient plus

         la peau                       sans la peau

                          comme                                  la splendeur bannie

                       de ce qui ne revient pas

 

         Le cœur chemine. Il avance vers l'origine. Suivant « la draille où souffle ce vent d'avant »:

 

         un fuòc                                                        darrièr lo cèl

         escampilhat

                            dels bòsques

                   desrègui                       l'èdra

                                                                            engulhi

                                               la dralha      ont              bufa

                   aquel vent

                                                              d'abans

                            dinc'a                                      las raices

                                      de las pèiras

                   e camini                                   amb lo temps

                                               cap a la vaca    que           sauta

         de contunh

                   al dessús

                                                     dels cavalons

                                                                   (tornar a Lascauç)

 

 

         un feu                                                         derrière le ciel

         éparpillé

                        des bois

                   j'arrache                         le lierre

                                                                            j'emprunte

                                      le chemin              où               souffle

                            le vent

                                                         de l'origine

                                      à même les                     racines

                                               des pierres

                   et j'avance                      avec le temps

                                      vers la vache         qui               saute

         sans fin

                            au-dessus

                                               des petits poneys

                                                                  (revenir à Lascaux)

 

 

         Un jour il sera aveugle. Exsops bissiet, comme on dit dans le vieux-celtique continental. Dans le Plomb de Chamalières. Exsops : littéralement « privé d'oeil ».  Aboculus en latin de Gaule : aveugle. Eissorbat en occitan, lo còr eissorbat : « le cœur aveugle ». Il sera aveugle. Il verra. C'est pourquoi il chemine. Nous marchons. Nous avançons. Nous creusons le ciel. Ce ciel de gravier. Dinc'a l'abséncia : « jusqu'à l'absence ».

         Parce que « nous ne nous voyons que dans l'absence » (nos vesèm dins l'abséncia).

 

A LA PEIRALHA
Partager cet article
Repost0

commentaires