Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 06:17

J'avais retrouvé à Romorantin, au Grand Hôtel du Lion d'Or et grâce à Didier Clément, le goût de l'huître dans une simple feuille; dans une de ces Oyster Leaves qu'on récolte en Ecosse et qui me fit immédiatement penser à Glenelg, un palindrome que nous avions élu sur les conseils de Della et avec elle, en face de l'île de Skye, un paradis malgré les midges, des moucherons dont les attaques massives et répétées nous rappelaient, au cas où nous l'aurions oublié, qu'il y a, comme elle dit, always a Snake in Paradise: des nuages même quand le ciel est bleu.

Je découvre aujourd'hui celui que Tom Volk a élu champignon du mois en novembre 1998, Pleurotus ostreatus, the Oyster mushroom, une "huître" qui pousse sur les arbres morts (qui se dressent ou que la tempête a abattus) de mars à novembre dans le Wisconsin, toute l'année dans les régions plus méridionales, et qui est one of his favorite edible mushrooms, "un de ses champignons comestibles préférés".

     post1.jpg

 

De l'huître, ce champignon n'a que l'apparence. Son goût va du très doux au très fort en passant par celui, anisé, de la réglisse. Certains l'aiment tendre sous la dent, d'autres le préfèrent plus long à mâcher, le jugeant plus intéressant. Ce qui est le cas quand on le ramasse dans les mois les plus froids. On en fait même, selon Tom Volk, un délicieux Oyster Mushrooms Rockefeller que je ne demande qu'à goûter.

En attendant -en attendant aussi d'habiter l'Amanita muscaria que l'on nous promet, à quoi déjà l'on travaille, en attendant d'habiter-, la révolution est en marche. Je veux dire la néolithique. Je peux, avec ce champignon qui ressemble à une huître, entendre la mer en traversant la forêt; je peux cueillir des palourdes en songeant aux chanterelles qui venaient miraculeusement garnir mon panier en osier; ou écouter, d'une oreille distraite, volontairement distraite, celui qui joue les camelots au marché, qui ramène sa fraise, sa véritable mara des bois de  pays, celle qui nourrit ce matin ma rêverie, encourage mon errance, fait de moi ce que je ne devrais jamais cesser d'être: un "véritable marin des bois".

 

shroom-house.jpg

 

                                                           http://techcrunch.com/2011/05/14/shroom-houses/

Partager cet article

Repost 0
Denis Montebello
commenter cet article

commentaires

Denis Montebello 13/06/2011 21:34


Le mot effraie un peu, je sais. Surtout un 13 juin. Mais on ne risque pas grand chose. Juste un "décollement de routine". Merci pour ton mot, Ben. Et bonne chance.


benfohrer 11/06/2011 14:48


Haha alors comme ça Monsieur est poète ? Bonnes vacances à vous !


PhA 17/05/2011 14:25


J'ai connu un pommier, presque en pleine ville, à quelques centaines de mètres de chez moi, qui non content de donner des pommes, donnait aussi régulièrement sa ration de pleurotes. Il n'était pas
mort encore, mais sa trop grande générosité a fini par le perdre.